Les enjeux de la collecte de mégots dans le monde

Avec 30 milliards de mégots jetés au sol chaque année en France et 4 300 milliards dans le monde, la collecte de ce petit filtre usagé de 2,5 centimètres est un problème d’ordre mondial à gérer. Des enjeux environnementaux forts sont au cœur des préoccupations des pouvoirs publics comme des associations en ce qui concerne le ramassage des mégots : déchet dangereux, un seul mégot pollue à lui seul jusqu’à 500 litres d’eau avec une nocivité attestée sur la faune et la flore. Parce qu’il met jusqu’à 12 ans à se dégrader en microparticules de plastique ingérées et inhalées par les espèces aquatiques et terrestres, il est urgent de mettre en place des moyens de collecte efficaces et des filières spécifiques de recyclage des mégots.

Quelques chiffres clés sur la collecte des mégots

Le ramassage des mégots en Europe

  • 30 milliards de mégots jetés au sol chaque année en France
  • Entre 25 et 40 % des déchets sauvages en Europe
  • 200 millions de mégots ramassés chaque année à Bordeaux
  • Un coût annuel de 90 000 euros par kilomètre de voirie à Marseille
  • 350 tonnes de mégots par an ramassés par la ville de Paris
  • 80 Livres (soit 100 euros d’amende) à Londres pour un mégot jeté au sol.

La pollution du mégot, composé de fibres plastiques, l’acétate de cellulose, et chargé de plus de 50 substances chimiques toxiques et de métaux lourds, agit en deux temps. Au moment même où il est jeté, d’abord : il ne lui faudra que deux heures pour libérer dans les sols ou dans les cours d’eau ses éléments chimiques, polluant ainsi de manière presque immédiate les nappes phréatiques, les rivières et les réseaux d’eau potable. Dans un second temps, le mégot jeté à terre finit le plus souvent sa course dans les océans, entraîné par les eaux utilisées lors du lavage urbain, par les vents et par les circuits d’eau naturels qui, tous, rejoignent la mer. Il est alors ingéré par des animaux marins, qui n’y survivent pas toujours, ou dégradé en particules de plastique qui intègrent l’ensemble de la chaîne alimentaire.

Pollution eau mégot

Cet état des lieux permet de mieux cerner les enjeux du traitement des déchets mégots : le ramassage des mégots jetés au sol, comme il est pratiqué dans les grandes villes par les équipes de nettoyage municipales, ne suffit pas à régler le premier facteur de dangerosité dans la chronologie de la pollution due aux mégots. Le problème est le même pour les campagnes de nettoyage des plages, au cours desquelles les mégots représentent jusqu’à 40 % des déchets ramassés : si ces modes de ramassage empêchent des milliers de tonnes de filtres de mégots d’arriver jusqu’à l’océan, ils n’empêchent pas la diffusion de leurs substances nocives dans les sols ni la dégradation partielle en micro- et nanoparticules de plastique que nombre de mégots connaissent avant d’atteindre la mer (sous l’effet du piétinement sur les trottoirs ou du passage des voitures dans les rues par exemple).

Parallèlement à ces campagnes de ramassage et à ces actions quotidiennes de nettoyage, les collectivités doivent donc penser à la mise en place de systèmes de collecte et à la sensibilisation des fumeurs à la dangerosité d’un mégot jeté au sol. C’est ce qu’entreprennent plusieurs grandes villes d’Europe en investissant dans des cendriers urbains : la ville de Puteaux en Ile-de-France a récemment installé 9 cendriers Cy-Clope. En France, le mobilier urbain destiné à la collecte des mégots se multiplie dans les grandes métropoles. Il s’agit d’aller plus loin que les poubelles-cendriers, en consacrant un mobilier urbain exclusivement destiné et adapté au déchet mégot.

La mise en place de cendriers urbains passe aussi par une nécessaire sensibilisation des fumeurs : la technique du nudge est à ce titre très en vogue pour inciter de manière ludique à de nouvelles pratiques. Au Royaume-Uni, la ville de Londres s’est ainsi équipée de cendriers-sondages tout simples qui consistent à répondre à une question en insérant son mégot dans la case correspondant à la réponse choisie.

Cendriers de poche Cy-Clope

Partout en Europe, les manœuvres se multiplient pour lutter contre la pollution que constituent les mégots jetés au sol. En France, la création d’un éco-organisme de la filière mégots, nommé la “REP mégots”, est actuellement en cours. Il aura pour mission de récolter l’éco-contribution demandée aux géants de l’industrie du tabac pour participer à cette lutte. Les moyens mis en place sont variés, allant de la distribution de cendriers de poche gratuits au développement de solutions innovantes de collecte et de recyclage. La participation des grandes marques de cigarettes à la lutte contre la pollution des mégots s’inscrit dans la nouvelle loi pour l’économie circulaire votée par l’Assemblée nationale en février 2020.

Le ramassage des mégots aux Etats-Unis

  • 360 milliards de cigarettes fumées par an aux Etats-Unis
  • Les mégots représentent 38 % des déchets ramassés dans les villes américaines
  • 87 % des mégots de cigarettes sont abandonnés dans l’environnement urbain, dont 37 % dans les buissons, haies et arbustes et 15 % dans des jardinières
  • Seuls 14 % des grands fumeurs déclarent posséder un cendrier de poche.

Le problème des mégots jetés au sol est d’ordre mondial. Aux Etats-Unis aussi, il fait donc partie des enjeux sanitaires, financiers et environnementaux qui mobilisent les collectivités. Comme sur tous les grands sujets de société, les états de la fédération réagissent de manière contrastée. Certains, comme l’Illinois, ont adopté des lois d’une grande sévérité avec une amende de 1 500 dollars pour un mégot jeté au sol, et de 25 000 dollars en cas de récidive.

En Louisiane a été mis en place un système de délation, qui permet aux citoyens de signaler la plaque d’immatriculation d’un usager de la route surpris en train de jeter son mégot par la fenêtre de son véhicule. Le fumeur est d’abord simplement averti, mais à la seconde délation il sera verbalisé.

Plusieurs grandes villes des Etats-Unis ont été convaincues d’installer des points de collecte de mégots. Une opération financée en partie par les fabricants de tabac.

Le cas des Etats-Unis montre un résultat plus important dans la diminution des déchets mégots lorsque la politique mise en place repose sur la sensibilisation et la mise à disposition de moyens de collecte fonctionnels et nombreux, avec une diminution allant jusqu’à 50 % de la quantité de mégots jetés au sol.

L’enjeu environnemental que constitue le déchet mégot doit être pris à bras le corps par tous les acteurs de notre société : à l’échelle individuelle aussi bien que collective. Comme réponse à cette problématique, Cy-Clope propose des solutions de collecte et de recyclage des mégots adaptées aux entreprises, à l’espace public, aux sites touristiques comme aux aux parcs de loisirs.